Blériot Type XI

Histoire

Le Blériot XI est un monoplan dont le fuselage a été dessiné par Raymond Saulnier, léger et robuste, doté du train et des commandes du modèle VIII. Blériot connaît la gloire avec son onzième modèle, en traversant la Manche le 25 juillet 1909, en 38 minutes à vitesse moyenne de 76 km/h. .
C’est la première fois qu’un avion s’aventure au dessus de l’eau. Cet exploit lui vaut gloire et distinction ainsi que la prime de 25 000 francs offerte par le Daily Mail. Ce modèle XI devient le type « Traversée de la Manche » ou « Calais Douvres ». Cette traversée va ouvrir une nouvelle ère dans le développement de l’aviation.
Au lendemain de son exploit, Blériot reçoit une centaine de commandes du monde entier et devient le premier industriel de l’aviation. Entre 1909 et 1919, près de 100 Blériot XI seront construits.

L'Aeroparc Blériot à Buc

La traversée de la Manche connaît un très grand retentissement, apportant à Louis Blériot un grand nombre de commandes. Il doit désormais organiser son entreprise pour faire face à ce changement. Il lui faut trouver un terrain proche de Paris (facilité de livraison, de formation au pilotage) et lui permettant d’y organiser des spectacles aériens.
Louis Blériot choisit BUC pour réunir formation, essais et spectacles au sein de l’aéroparc à l’automne 1909. De 1919 à 1930, Louis Blériot demeure le seul, ou presque, à utiliser l’aéroparc. Mais, son entreprise connaît de plus en plus les difficultés de la conjoncture, aggravées par les mauvais rapports entretenus avec les pouvoirs publics.
Les activités demeurent très comparables à celles d’avant-guerre. Cependant, une nouvelle activité se développe : l’aviation de loisir. Cette dernière entraîne l’arrivée de nouveaux constructeurs et l’installation de deux grands aéro-clubs : le Touring-club de France et le club de Roland-Garros.
La société Blériot-Aéronautique connaît de grandes difficultés. Entre 1939 et 1947, l’aéroparc est successivement occupé par les armées française, allemande, américaine et anglaise. La période est difficile et la commune de Buc subit les bombardements des alliés. Blériot-Aéronautique reprend le terrain en 1947, au départ de la Royal Air Force. Jean Blériot, fils de Louis, en est le président. Pendant une vingtaine d’années, l’aéroparc survit animé par de petites sociétés et maintenu en activité durant les événements d’Algérie. En 1966, plus aucune activité n’y a lieu. En 1974, l’aménagement d’une zone industrielle est approuvé par arrêté préfectoral. La société Thomson-Brandt s’y installe.

Source : Buc à travers l’aviation L’Aéroparc Blériot – Yvelinedition

Le Bleriot XI F-AZBA

Ce Blériot est le tout dernier type XI sorti des ateliers Blériot en 1934. Il avait été construit puis offert par les ouvriers de Blériot à Louis Blériot en hommage à son exploit. C’est celui sur lequel Charles Quatremare, chef pilote de Blériot, effectuait des présentations lors des meetings pendant les années 30. Il a été récupéré à Buc puis restauré par Jean-Baptiste Salis.
L’appareil a traversé la Manche de nombreuses fois :

En 1999, une malheureuse tentative du petit fils Louis Blériot entraîna une restauration importante de l’appareil.
L’appareil a aussi participé à de nombreuses autres commémorations et expositions à travers la France.
Le Blériot XI est le premier avion de la collection d’après-guerre de Jean-Baptiste Salis : tous ses précédents avions ayant été saisis et détruits pendant l’Occupation.

Caractéristiques techniques

  • Immatriculation : F-AZBA (ex F-PERV)
  • Numéro de série : 01
  • Envergure : 8,86m
  • Longueur : 8,07m
  • Hauteur : 2 m
  • Equipage : 2
  • Masse à vide : 291kg
  • Masse max : 411kg
  • Moteur : Potez Anzani 3B de 60cv


Photos du Blériot XI